pub



Histoire

Constitution de la société

La Fiat 3½ HP, produite en 1899.

L'acte de création de la « Società Anonima Fabbrica Italiana Automobili Torino » est signé le au Palazzo Bricherasio, à Turin, en Italie. On dénombre trente actionnaires, parmi les noms desquels figurent Ceirano, Faccioli, Felicenazzaro et Vincenzo Lancia pour un capital social de 800 000 lires. Parmi ces trente fondateurs se trouvent Lodovico Scarfiotti, qui sera le premier président du conseil d'administration, et Giovanni Agnelli, l'homme qui les a réunis. Giovanni Agnelli n'est ni un technicien, ni un financier, ni un spéculateur, mais un visionnaire et grâce à son dynamisme il prendra la direction de la société dès 1902.

Agnelli, qui était un homme d'action, a voulu très vite constituer une entreprise d'importance nationale, pour que la jeune Italie puisse refaire son retard industriel sur ses voisins français et allemands. L'idée d'Agnelli était de produire rapidement des automobiles « populaires », utilisables par le plus grand nombre, et il réussit à persuader un groupe de financiers turinois des perspectives intéressantes de la production automobile de ce type.

Dès le début, il renonce à l'élaboration d'un modèle original qui lui aurait fait perdre temps et argent, et se tourne par conséquent vers un modèle existant, conçu par Ceirano et Faccioli, qui en avaient déjà vendu quelques exemplaires. Les évènements qui suivent montrent bien la détermination et l'empressement d'Agnelli. La société Ceirano, déclarée le 23 octobre 1898, se définit clairement comme une « société pour la fabrication de prototypes automobiles » et dès le, l'ingénieur Faccioli dépose le brevet de sa voiture. À peine sa constitution entérinée, la nouvelle société Fiat rachète les actions et les brevets de la société Ceirano. Elle dispose alors d'un modèle viable, la Fiat 3½ HP, et de capitaux à peine entamés. De plus, elle sous-traite la fabrication des pièces à des entreprises expérimentées.

Épopée industrielle

Vincenzo Lancia à bord d'une 50 HP en 1908.

Fiat inaugure sa première grande usine en 1900, auno 35 du Corso Dante à Turin. Sur une surface de 12 000 m2, 150 ouvriers produiront vingt-quatre automobiles durant cette année 1900. En 1902 la société commence à acquérir ses premières lettres de noblesse dans le sport automobile. Les neuf Fiat engagées sur le Tour d'Italie automobile franchissent toutes la ligne d'arrivée. Vincenzo Lancia remporte la course de côte Sassi-Superga au volant de la 24 HP Corsa, première voiture de compétition réalisée et présentée peu de temps avant par le constructeur, tandis que Giovanni Agnelli établit un nouveau record sur la Fiat 8 HP lors du second Tour d'Italie. Fiat commence alors à produire des camions, des autobus, des trams, des moteurs marins et aéronautiques et les exportations d'automobiles atteignent la France, la Grande-Bretagne, l'Autriche, l'Amérique et l'Australie.

Un des premiers tracteurs Fiat.

En 1906, les effectifs de Fiat s'élèvent à 1 500 salariés, produisant 1 150 voitures, et l'entreprise entreprend ses premières acquisitions en achetant la société Ansaldi. Sur le plan sportif, Vincenzo Lancia remporte la Coppa d'Oro à Milan, tandis que Mathis s'adjuge la Targa d'Oro de la Coppa Herkomer au volant d'une 40 HP Corsa. C'est aussi à ce moment que les exportations commencent à décoller, jusqu'à représenter les deux tiers de la production. Fiat adopte une stratégie de croissance axée sur la mondialisation et conquiert des parts importantes sur des marchés porteurs, en particulier aux États-Unis, au point de créer la Fiat Motor Corporation en 1908 avec la construction d'une usine pour une fabrication locale.

Le constructeur commence à produire des modèles destinés à un usage spécifique, comme la Fiat Type 1 Fiacre, destinée au transport public - adoptée en particulier par les villes de New York, Paris et Londres - et qui sera produite à 1 600 exemplaires ; mais aussi des véhicules commerciaux, des moteurs pour la marine AIFO, des camions Fiat V.I., des trams Fiat Ferroviaria, les avions Fiat Avio, etc.

Grande Guerre

L'usine du Lingotto est un chef-d'œuvre dans l'application du fordisme.

En 1910, six nouveaux modèles font leur apparition, la production augmente, se diversifie, et l'entreprise a besoin de nouveaux espaces : c’est en 1916 que débute la construction de l’usine du « Lingotto », la plus grande d'Europe pour l'époque, qui entrera en fonction en 1923. Au cours de ces années, la Fiat développe ses activités dans le secteur sidérurgique, ferroviaire et électrique. Une succursale est ouverte en Russie et la Zéro 12-15 HP est présentée, la première voiture équipée d’un moteur de cylindrée très réduite construite en série : plus de deux mille exemplaires. Les victoires sportives se multiplient par ailleurs : après le record de vitesse établi par la S 76, les automobiles Fiat triomphent dans le Grand Prix d'Amérique et dans la 500 Miles d'Indianapolis. La guerre oblige ensuite l'entreprise à convertir une partie de sa production aux besoins de la guerre, mais en 1919, à peine le conflit terminé, plusieurs nouveaux modèles de voitures sont lancés et Fiat présente le véhicule utilitaire 501, la 505, la 510 et le premier tracteur, le 702.

En 1916 débute donc la construction de l'usine du Lingotto, « lingot » de 500 mètres de long, à Turin, sous la direction de l'architecte Giacomo Mattè Trucco. Lorsque sa construction s'achève en 1922, c'est la plus grande et la plus moderne usine d'Europe et dès lors l'emblème de l'industrie automobile italienne. Le bâtiment, qui occupe cinq étages est absolument révolutionnaire et abrite sur son toit une piste d'essai futuriste. Ce bâtiment est un chef-d'œuvre dans l'application du fordisme : les pièces détachées arrivent au rez-de-chaussée et les voitures sont assemblées au fil des cinq étages, transportées par des ascenseurs, pour enfin être testées sur la piste ovale et inclinée qui occupe le toit.

À ce moment de son histoire, la firme turinoise est déjà le moteur de l'industrie italienne et sa production commence à se diversifier très largement (chemins de fer, aciéries, électricité, transports publics…), au point que durant la Première Guerre mondiale, elle produit camions et blindés, avions et moteurs, mais aussi armes et munitions, et même uniformes, bottes et sacs pour les soldats. Fiat met son industrie entière au service de l'effort de guerre et sort grandie de ce conflit. La société qui comptait 4 000 employés en 1914 en compte 40 000 en 1918.

Pendant toute cette décennie, Fiat travaille également sur les autres secteurs et, après la fourgonnette 1014, sort le camion 505 F et le biplan AL, le premier avion civil Fiat qui fait son baptême de l'air en 1922. Les nouveautés sont également importantes du côté de la société, avec la création de l’IFI (Institut Financier Industriel) et, en 1926, l’acquisition du quotidien La Stampa. De l'assistance sanitaire aux colonies de vacances pour les enfants des employés, les premières initiatives sociales en faveur des salariés sont mises en place.

Empire industriel

Dans les années 1930, les camions et les véhicules industriels bénéficient d’un développement technologique considérable, tandis que l’aviation et le secteur ferroviaire se développent à grands pas. Cette décennie est marquée par une forte expansion à l'étranger : les voitures Fiat sont construites sur licence en France, en Espagne et en Pologne et les centres d'assistance et ateliers de réparation commencent à fleurir dans différents pays. Fiat est déjà un empire industriel d'envergure internationale. Le groupe possède des usines sur trois continents (Europe, Amérique latine et même Asie). C'est aussi à cette époque qu'il crée la marque Simca en France, Fiat-NSU devenue Fiat Neckar en Allemagne et plus tard Seat en Espagne. Cependant la politique d'autarcie de Mussolini force la société à revoir ses plans de développement à l'international et à se concentrer sur le marché domestique et les industries lourdes. Les secteurs aéronautique et ferroviaires, ainsi que les travaux publics, connaissent alors une forte croissance. Le slogan de Fiat est alors « Sur terre, sur mer et dans les airs ». Toutefois, la croissance perdure et à la veille de la Seconde Guerre mondiale, les effectifs du groupe se montent à 55 000 employés.

En 1937 commence la construction de l'usine de Mirafiori, qui introduit les principes d'organisation industrielle les plus avancés de son temps et confirme l'orientation de la compagnie vers la production de masse. Sa construction s'achèvera en 1939, et le nouveau complexe industriel sera inauguré en présence de Mussolini. Fiat, qui construisit des chars (tel que le M14/41) avant et pendant la Seconde Guerre mondiale, eut et conserva des contacts autant avec les nazis et les fascistes, qu'avec les alliés et la Résistance.

En 1945, le sénateur Giovanni Agnelli meurt, son fils Edoardo étant décédé dans un accident d'avion dix ans auparavant, c'est Vittorio Valletta qui assume la présidence de Fiat, en attendant que son petit-fils, Gianni Agnelli prenne les rênes en 1964.

Reconstruction et boom économique

Le logo Fiat créé en 1968 devient l'élément d'identité de la marque de 1968 à 2009.

Ce n'est qu'en 1948, et grâce à l'aide financière du plan Marshall, que la reconstruction des usines détruites pendant la guerre se termine. En 1950, la production retrouve son niveau d'avant guerre si bien que l'on parle de « miracle italien ». Vittorio Valletta poursuit la stratégie de croissance, d'acquisitions et de diversification lancée par Agnelli et les profits recommencent à croître et les effectifs à augmenter.

Dans les années du miracle économique italien, l'industrie automobile est un des principaux moteurs de développement : en 1949, on compte une voiture pour 96 habitants. En 1963, une voiture pour onze habitants. En dix ans (1949-1959) les salariés de l'entreprise turinoise passent à 85 000 et la production d'automobiles est multipliée par six : de 71 000 à 425 000 unités par an. En 1953, Fiat présente la 1400, la première voiture diesel italienne, puis en 1955 la Fiat 600, l’utilitaire qui sera produite à plus de quatre millions d’exemplaires, et deux ans plus tard la nouvelle 500. Très admirées également, les voitures à hautes prestations, comme la 8V qui atteint les 200 km/h et deux ans plus tard le prototype à turbine qui frise les 250 kilomètres à l'heure : une nouveauté absolue en Europe. Nombreuses sont également les nouveautés dans les autres secteurs : en 1951, le transatlantique Giulio Cesare entre en service avec un moteur Fiat et la même année le premier avion militaire italien à réaction, le G 80, est réalisé. En 1956, le chasseur tactique G 91 remporte le concours de l’OTAN et l'année suivante l’entreprise présente l'hélicoptère 7002. Fiat commence également à construire des engins de terrassement et multiplie par treize sa production de tracteurs : de quelque 1 800 à 22 600 exemplaires par an. Un nouveau modèle de camions entre en production, le 682 N, qui sera fabriqué pendant un quart de siècle.

En 1958, c'est le boom économique et la production augmente de façon impressionnante, tirée par la production d'automobiles et de machines agricoles. Les usines de Mirafiori doublent leur capacité : plus de 50 000 ouvriers y travaillent en deux postes et parfois trois. Le secteur automobile est le symbole du miracle économique italien, et Fiat, avec 85 % de la production du pays, joue un rôle de premier ordre. Le nombre d'ouvriers atteint un maximum de 230 000. C'est également à ce moment qu'est décidée la construction d'une seconde « méga-usine », celle de Rivalta di Torino, toujours près de Turin, inaugurée en 1968.

La Ritmo.

Après avoir aidé à la création du secteur automobile en Yougoslavie avec Zastava dans les années 1950, en Espagne avec Seat, Fiat est le principal collaborateur - concepteur et fournisseur - de VAZ (Lada) en Union soviétique à Togliattigrad. Il fournira également les licences de fabrication pour les 600 000 exemplaires Zigouli-Lada par an, copie des modèles Fiat 124 et Fiat 125. Les automobiles Fiat, notamment leur plate-forme, serviront de base à l'ensemble des constructeurs du camp socialiste, en particulier les constructeurs soviétiques ainsi que le polonais Fiat-Polski FSO, soit directement, soit indirectement par la collaboration de fabricants soviétiques utilisant les procédés et technologies Fiat.

Les années 1950 s’achèvent avec le doublement de la surface du site turinois de Mirafiori et l'ouverture de nouvelles usines à l'étranger, en Afrique du Sud, en Turquie, en Yougoslavie, en Argentine et au Mexique.

La décennie suivante est caractérisée par une forte expansion de la Fiat : la production annuelle de voitures passe de 425 000 à plus de 1 700 000, et les ventes de tracteurs et d’engins de terrassement sont doublées. Le nombre de camions construits est multiplié par trois. Le nombre de salariés est, lui aussi, multiplié par deux et atteint les 158 000 unités en dix ans. Une croissance obtenue grâce au succès de nombreux modèles : en 1964 apparaît la Fiat 850, suivie par la 124 et la 128, consacrées « Voiture de l'année » ; la première en 1967 et la deuxième en 1970. Fiat présente ensuite la 125 et la Dino coupé, dotée d’un moteur de dérivation Ferrari. L'expansion internationale de l'entreprise se poursuit : en 1966, elle construit l’usine russe Vaz, à Togliattigrad, pour construire 660 000 Ziguli par an (une voiture dérivée de la 124). Entre temps, Fiat développe également sa présence dans le sud de l’Italie, avec l’ouverture des usines de Termini Imerese, de Cassino, de Termoli, de Sulmona, de Vasto, de Bari, de Lecce et de Brindisi.

En 1966, Gianni Agnelli, neveu du fondateur, devient président de la société. La même année, une société commune avec la holding d'État IRI est constituée : la Grandi Motori Trieste SpA pour la construction de très gros moteurs diesels pour équiper les plus gros navires civils et militaires et des turbines à gaz pour les centrales électriques.

La Fiat devient une holding

Le boom économique est suivi par une période de fortes tensions sociales qui ont de lourdes répercussions sur l'activité de l'entreprise. Malgré les difficultés dues aux grèves et à l'occupation des usines, la Fiat présente la 127, la première voiture du groupe à traction avant, et la Lancia propose les modèles Beta, Stratos, Gamma et Delta. Les usines de Rivalta et de Cassino sont modernisées avec l'introduction du Robogate, un système automatisé d'assemblage inventé par Comau, une entreprise du groupe. De nouveaux sites sont ouverts en Italie et au Brésil. La société devient une holding grâce à la décentralisation de la gestion qui transforme Sections et Divisions en Sociétés autonomes : parmi celles-ci, Fiat Macchine Movimento Terra, Fiat Engineering, Iveco (née en 1975 de la fusion de cinq grandes marques européennes historiques) et Fiat Auto, qui regroupe les brands Fiat, Lancia et Autobianchi. Ferrari (acquise à 50 % en 1969) et Abarth (1971) rejoignent aussi le groupe. Les succès se multiplient, comme le premier vol du Tornado, l’avion de chasse coproduit par Fiat Avio, les victoires de Lancia et de Fiat au Championnat du monde des rallyes et celles de Ferrari au championnat du monde de Formule 1. À la fin des années 1970, Fiat achève son processus de réorganisation : aux côtés de Fiat Auto, Fiat Ferroviaria, Fiat Avio, Fiat Trattori, Fiat Veicoli Industriali, d’autres sociétés deviennent autonomes comme Fiat Engineering, Comau, Teksid, Magneti Marelli et Telettra.

Affirmation au niveau international

Pendolino

Les années 1980 s'ouvrent avec le lancement d'une nouvelle voiture, dont l’héritière est encore aujourd'hui leader du segment de l'utilitaire : la Panda. Trois ans plus tard, à Cape Canaveral, Fiat présente la Uno qui adoptera en 1985 le moteur révolutionnaire Fire 1000. 1988 marque la naissance de la Fiat Tipo, vainqueur de la «Voiture de l'Année », suivie d'autres voitures à succès : Fiat Regata et Croma, Lancia Delta (1979), Thema et Y10, Alfa Romeo 164 (l'entreprise d'Arese est acquise en 1986), Ferrari GTO Testarossa, mais aussi des véhicules utilitaires comme le Fiorino et le Ducato. Beaucoup de records aussi dans les autres secteurs : Fiat Ferroviaria construit le train à haute vitesse ETR 450, plus connu en Italie sous le nom de « Pendolino », Telettra réalise la plus longue liaison mondiale à micro-ondes sur la mer, 360 kilomètres entre Arabie saoudite et Soudan, et le premier excavateur de 40 tonnes est produit.

1990-2004 : crise

La Stilo, échec commercial en Europe.

À partir des années 1990, les bénéfices de Fiat commencent à décliner, et ce malgré la présence de modèles populaires comme les Panda, Uno et Tipo. L'image de Fiat concernant sa fiabilité et sa finition, lui fait de plus en plus de tort face aux autres constructeurs: les ajustements parfois hasardeux et les plastiques bas de gamme choquent la clientèle quand le Groupe Volkswagen donne le la avec les lancements des troisièmes et quatrièmes générations de Golf en 1991 et en 1997. Cette réputation détourne peu à peu les clients et les ventes baissent après 1990, notamment en France où elles tombent de 150 000 à moins de 60 000 véhicules en 2000. De plus, Fiat, victime de son succès et par facilité, maintient des modèles au catalogue pour une durée allant au-delà du raisonnable : la Uno est produite de manière quasi inchangée de 1983 à 1997, tandis que la Panda fait encore pire, de 1980 à 2003, ce qui contribue à donner à la marque une image désuète dont elle se serait bien passée.

En ce qui concerne les véhicules industriels, Iveco renforce sa position au niveau européen avec l'introduction d'EuroTech, d'EuroStar et d'EuroCargo et établit des coentreprises en Inde et en Chine pour les véhicules légers Daily. Grâce à plusieurs acquisitions, le groupe Fiat conquiert le leadership dans le secteur des tracteurs, des machines agricoles et pour le bâtiment : 1999 voit la naissance de CNH de l'union de deux constructeurs avec des marques reconnues au niveau mondial, New Holland NV et Case Corporation. En juillet 1999, lorsque Fiat fête ses cent ans, le groupe est présent dans soixante pays avec presque 900 Sociétés. Il emploie 221 000 personnes.

Le groupe, toujours présidé par Gianni Agnelli alors âgé de 80 ans, est en grande difficulté. Les pertes n'ont jamais été aussi importantes, et les conseils d'administration se succèdent sans succès. La rumeur sur l'hypothèse d'un rachat par un concurrent est même avancée. En mars 2000, un accord en deux temps est signé. General Motors prend, dans un premier temps, 20 % du capital de la division Automobiles Fiat et Fiat Holding S.p.A. reçoit en échange 6 % de la totalité du groupe GM et en devient son premier actionnaire. La Fiat Stilo, lancée le 11 septembre 2001, malgré d'indéniables qualités est un échec commercial en Europe : son esthétique impersonnelle et trop germanisée (l'avant évoquant par exemple furieusement la Passat de l'époque), couplée à la réputation de Fiat lui fait se détourner la clientèle. En Amérique latine, en revanche, le modèle connait un petit succès, ce qui ne suffit pas malgré tout à considérer la Stilo comme une franche réussite. Enfin, sinistre ironie de l'Histoire, son lancement le jour des attentats du World Trade Center achèvera de lui donner une image de « voiture maudite ».

En juin 2002, Fiat Auto, grevé par un endettement de 6,6 milliards d'euros, est obligé de faire appel aux banques pour soulager sa trésorerie. Un consortium de banques souscrit à 3 milliards d'euros en prenant une garantie sur une partie du capital et achète 51 % de la filiale de crédit Fidis. Parmi les autres mesures prises alors, Fiat Group dépose en garantie 34 % de Ferrari auprès du groupe financier Mediobanca contre 775 millions d'euros. L'affaire fait alors grand bruit.

Modèles

Automobiles

Comme pour tous les constructeurs dans le monde, les modèles du début du siècle étaient baptisés du nombre de chevaux de puissance du moteur. À partir de 1910, Fiat utilise la formule « Type 1 », « Type 2 », etc., mais en 1920, Fiat réorganise l'ensemble de ses productions et choisit de donner des codes internes à ses produits. Dès lors apparaît la Fiat 501 en 1921. Le « 5 » étant le code de la division automobile, le « 6 » revenant aux véhicules industriels camions et autobus, le « 7 » aux tracteurs agricoles, le « 1 » lui étant réservé à la division moteurs. À partir de 1936, l'appellation des voitures reprend la valeur de la cylindrée, alors que le code produit reste sur la base 500.

C'est au lendemain de la Seconde Guerre mondiale que Fiat élabore un plan de nouveaux modèles et change ses noms de code en prenant le « 1 » pour les voitures, le « 2 » pour les véhicules industriels légers Fiat Professional, le « 3 » pour les autocars de ligne et de luxe Fiat Bus, le « 4 » pour les bus urbains, le « 5 » pour les autobus interurbains, le « 6 » restant pour les camions Fiat V.I., le « 7 » pour le matériel agricole et de travaux publics Fiat Geotech, le « 8 » attribué à Lancia et le « 9 » à Alfa Romeo. C'est ainsi que la Fiat 600 porte le nom de code VIN : ZFA100.

En 1966, avec l'arrivée de Gianni Agnelli aux commandes de l'empire Fiat, les voitures reprennent l'appellation du nom de code et l'on connaitra la Fiat 124, dont le code VIN est ZFA124. Cette formule sera abandonnée en 1978 au profit de noms fantaisistes comme la Fiat Ritmo, dont le code est ZFA138. Dans le groupe, la Lancia Thema est connue sous le nom de code ZLA834 et l'Alfa Romeo 156 : ZAR932.

En 2007 les codes « 1 » seront très bientôt quasiment tous utilisés, Fiat utilise désormais la série 300, réservée préalablement aux autocars avant qu'ils ne change de nom en Irisbus, pour numéroter ses voitures.

Article détaillé : Tableau modèles Fiat Auto monde.

1899 à 1909

1908 à 1919

1920 à 1929

509

1930 à 1939

508 Balilla

1940 à 1949

1500 D

1950 à 1959

500
8V

1960 à 1969

1500
Dino

Fiat 500 Lusso (1968) - modèle 110L

  • Fiat 130 (1969) - modèle 130
  • Fiat 128 (1969) élue voiture de l'année 1970 fabriquée aussi en Argentine et en Serbie et Égypte encore en 2007 - modèle 128

1970 à 1979

127
  • Fiat 127 (1971) élue voiture de l'année 1972 - modèle 127 - aussi fabriquée en Espagne et Pologne
  • Fiat 126 (1972) - modèle 126
  • Fiat 132 (1972) - modèle 132 - aussi fabriquée en Espagne, Pologne et Corée du Sud
  • Fiat X1/9 (1972) - modèle 128S
  • Fiat 126P (1973) - fabriquée uniquement en Pologne - modèle 126P
  • Fiat 131 (1974) - modèle 131 - aussi fabriquée en Espagne, Maroc, et en Turquie jusqu'en 2007
  • Fiat 133 (1974) - fabriquée en Espagne par Seat (1974-1979) et en Argentine par Fiat (1977-1982)
  • Fiat Nuova Campagnola (1974) - modèle 1107
  • Fiat 147 (1976) - modèle fabriqué uniquement au Brésil et en Argentine - modèle 147
  • Fiat Ritmo (1978) - appelée Strada dans les pays anglosaxons - modèle 138 - aussi fabriquée en Espagne

1980 à 1989

Tipo

Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Fiat de Wikipédia en français (auteurs)


1977 FIAT 124 SPIDER 1800 cc Cabriolet

99 700 km - Bleue.

Informations :

Juin 1977. Essence. Boîte de vitesse manuelle. 118 ch DIN. 2 portes.

Commentaires :

MAGNIFIQUE FIAT 124 SPIDER 1800cc.

  • Voiture à la carrosserie sans griffes, coups, ni corrosion. Peinture récente.
  • Bonne mécanique. Ensemble, moteur-boîte-pont-embrayage sans souci.
  • Intérieur en parfait état.
  • Capote quasi neuve.
  • Volant bois, jantes alu Cromodora avec 4 nouveaux pneus.
  • Prix à emporter.

Reprise de votre ancien véhicule et financement possibles.

Reportage photo :

http://www.espaceauto-tamines.be/vehicule/fiat-124-spider-1800cc-simplement-magnifique/

Prix : 15 990 €.

Contact : info@espaceauto-tamines.be / 0496 / 289.083 (depuis la Belgique) ou +32 496 / 289.083 (depuis l'étranger) (Garage Espace Auto-Tamines). Pour une meilleure gestion de vos demandes, et dans la mesure du possible, merci de privilégier l'appel téléphonique par rapport au mail. Nous ne répondons pas aux SMS.

Cette automobile est visible à Tamines dans la province de Namur en Belgique.

Annonce diffusée depuis le 21 avril 2017.


1980 FIAT 124 SPIDER 2.0 Cabriolet

97 000 km - Beige.

Informations :

Décembre 1980. Essence. Boîte de vitesse manuelle. 2 portes. 105 ch.

Commentaires :

FIAT 124 SPIDER 2000cc FRAICHEMENT REPEINTE.

  • Voiture en parfait état carrosserie (état neuf).
  • Mécanique impeccable, pas de frais à prévoir.
  • Capote en très bon état.
  • Sellerie impeccable.
  • Prix à emporter.

Reprise de votre ancien véhicule et financement possibles.

Reportage photo :

http://www.espaceauto-tamines.be/vehicule/fiat-spider-2-0-nouvelle-peinture/

Prix : 13 990 €.

Contact : info@espaceauto-tamines.be / 0496 / 289.083 (depuis la Belgique) ou +32 496 / 289.083 (depuis l'étranger) (Garage Espace Auto-Tamines). Pour une meilleure gestion de vos demandes, et dans la mesure du possible, merci de privilégier l'appel téléphonique par rapport au mail. Nous ne répondons pas aux SMS.

Cette automobile est visible à Tamines dans la province de Namur en Belgique.

Annonce diffusée depuis le 2 décembre 2016.


1981 FIAT 124 SPIDER 2000 Cabriolet

13 000 km - Rouge.

Informations :

Contrôle technique réalisé. Boîte de vitesse manuelle. Essence. 2 000 cm3, 105 cv. Sièges en cuir. Très bon état. De particulier à particulier. Février 1981.

  • Alarme.
  • Jantes en alliage.
  • Toit ouvrant.

Commentaires :

SUPERBE FIAT 124 SPIDER RESTAUREE TOTALEMENT PAR SON PROPRIETAIRE.

Dossier photos et factures, expertises, etc. disponibles.

  • Carrosserie mise à nu et repeinte dans les règles de l art. Pas de corrosion, griffes, coups, etc.
  • Regarnissage intérieur avec nouvelles housses en cuir, ainsi que les panneaux de portes et le tableaux de bord.
  • Moteur remis à neuf (bas et haut), boîte à vitesse et pont arrière révisés.
  • Longue-portées, jantes Cromodora, volant Momo en bois, porte-bagages,etc.
  • Prix à emporter.

Reprise de votre ancien véhicule et financement possibles.

Reportage photo :

http://www.espaceauto-tamines.be/vehicule/fiat-spider-2-0-restauration-totale/

Prix : 17 490 €.

Contact : info@espaceauto-tamines.be / 0496 / 289.083 (depuis la Belgique) ou +32 496 / 289.083 (depuis l'étranger) (Garage Espace Auto-Tamines). Pour une meilleure gestion de vos demandes, et dans la mesure du possible, merci de privilégier l'appel téléphonique par rapport au mail. Nous ne répondons pas aux SMS.

Cette automobile est visible à Tamines dans la province de Namur en Belgique.

Cette annonce a été mise à jour le 2 décembre 2016.

Annonce diffusée depuis le 26 octobre 2016.


1953 FIAT 500C TOPOLINO GIARDINIERA

89 625 km - Gris.

Histoire :

La Fiat 500 de la première génération, surnommée Topolino (Mickey Mouse ou souris en italien) par les Italiens, est un modèle d'automobile conçu par Fiat et produit entre 1936 et 1955. La légende veut que l'idée première de cette mini voiture vienne du dictateur fasciste Benito Mussolini, alors au pouvoir en Italie. En 1930, le Duce avait convoqué le sénateur du Royaume d'Italie, Giovanni Agnelli, fondateur de FIAT, pour l'informer de l'« urgente nécessité » de motoriser les Italiens avec une voiture économique dont le prix ne devait pas dépasser cinq mille lires. Cette idée eut un tel effet, et servit si bien la propagande du parti fasciste, qu'Hitler, à peine nommé au poste de chancelier, la fit sienne, et, convoquant Ferdinand Porsche, lui intima l'ordre de réaliser une automobile, dont le prix ne devait pas dépasser mille marks. De ces exigences sont nées la Fiat 500 Topolino en Italie, et la VW Coccinelle en Allemagne. Dante Giacosa prit rapidement les choses en main et en quelques mois, il remit ses esquisses du nouveau projet, sous forme de mini Fiat Balilla. La direction générale de Fiat fut satisfaite du projet surtout parce qu'il respectait la tradition des modèles Fiat et autorisait la réalisation de prototypes. Les tests et essais sur route durèrent presque un an et demi. Le 15 juin 1936, la FIAT 500-A est présentée au Salon de Turin et mise en vente au public dans les concessions Fiat en Italie, mais aussi en France, où elle fut construite chez Simca, sous le nom de Simca 5, et en Allemagne chez Fiat-NSU. Une petite voiture modeste au prix de 8 900 lires, vingt fois le salaire mensuel d'un ouvrier. De même en Allemagne, en 1936, Porsche avait aussi réalisé les premiers prototypes de la future Coccinelle, mais n'avait pas concrétisé son projet. La Fiat 500 "Topolino" obtiendra un beau succès commercial. Bien que sa fabrication fut très ralentie durant les années de guerre, elle reprit de plus belle dès la fin du conflit avec la série C jusqu'en 1955, en Italie comme en France, où elle s'appelait Simca 5 d'abord, puis Simca 6. Au total ce sont 519 847 exemplaires qui sortirent des chaînes Fiat rien qu'en Italie, dont une version fourgonnette, très appréciée des artisans. En 1945, après le décès du sénateur Agnelli, Antonio Fessia avait cru pouvoir insuffler chez FIAT une évolution vers de nouvelles technologies, en proposant notamment le passage à la traction avant. Mais il ne fut pas suivi par la nouvelle direction générale, il quitta Fiat et se tourna vers Lancia, où ses idées novatrices furent bien accueillies, et où il put concevoir les chefs-d'œuvre que furent les Lancia Flavia et Lancia Fulvia.

Données techniques :

Carrosserie

  • Longueur (cm) : 340.
  • Largeur (cm): 127.
  • Hauteur (cm) : 138.
  • Empattement (cm) : 200.
  • Poids (kg) : 610.

Mécanique

  • Moteur : 4 cylindres en ligne 569 cc, à l’avant.
  • Soupapes : 8.
  • Carburation : 1 carbu Solex.
  • Boîte de vitesses : manuelle, 4 rapports.
  • Transmission : aux roues arrière.
  • Puissance maximum : 16 chevaux à 4400 t/m.
  • Couple maximum : 29 Nm à 2900 t/m.
  • Vitesse maximum : 90 km/h.

Rendez-vous et visite :

Cette voiture vient de rentrer chez Oldtimerfarm à 9880 Aalter , Steenweg op Deinze 51C (Mardi à Samedi 10-17h (sans rendez-vous). Dimanche fermé, lundi uniquement sur rendez vous. Nous sommes spécialisés dans la vente de véhicules de collection et sommes donc fiers de pouvoir vous présenter cette voiture à la vente. Pour une description plus détaillée, vous pouvez nous joindre par téléphone (néerlandais, français, anglais, allemand et italien). Visionnez avant tout le reportage détaillé de la voiture (plus d'une centaine de photos). Il vous est toujours loisible de contacter Olivier (0032 473 11 73 00) ou Xavier (0032 47 2 40 13 38).

Reportage photo :

http://www.oldtimerfarm.be/fr/voiture-de-collection-a-vendre/1931/fiat-500c-topolino-giardiniera-grey-53.php

Prix : 9 950 €.

Contact : info@oldtimerfarm.be / +32 (0) 472/40.13.38 (Oldtimerfarm).

Cette automobile est visible à Aalter dans la Flandre Orientale en Belgique.

Annonce diffusée depuis le 19 août 2016.


1948 FIAT 500A TOPOLINO

( )07 820 km - Rouge.

Histoire :

La Fiat 500 de la première génération, surnommée Topolino (c'est le nom de Mickey en italien!) fut produite entre 1936 et 1955.

L'idée première de cette mini voiture serait venue de Mussolini, mais cette information est à vérifier. Quoi qu'il en soit, il aurait convoqué Giovannii Agnelli, fondateur de FIAT et aussi sénateur, pour lui demander de concevoir une petite citadine très bon marché. C' C'est cette même idée que Hitler repris à son compte lorsqu'il demanda à Ferdinand (ou plutôt exigea) de réaliser une automobile à un coût abordable à la classe laborieuse du Reich.

L'ingénieur Giacosa conçut donc une voiture sur la base de la Fait Balila, produite dans les années 30 et destinée à la classe moyenne. . La direction générale de Fiat fut satisfaite du projet surtout parce qu'il respectait la tradition des modèles Fiat et autorisait la réalisation de prototypes. Les tests et essais sur route durèrent presque un an et demi.

Le 15 juin 1936, la FIAT 500-A fut présentée au Salon de Turin et mise en vente au public dans les concessions Fiat en tant en Italie qu'en France (construite chez Simca où elle devint la Simca 5), mais aussi ne Allemagne chez Fiatr-NSU. Cette petite populaire était quand

La Fiat 500 "Topolino" obtiendra un beau succès commercial. Bien que sa fabrication fut très ralentie durant les années de guerre, elle reprit de plus belle dès la fin du conflit avec la série C jusqu'en 1955. Son succès fut tel que, en Italie mais aussi en France, elle fut même déclinée en fourgonnette.

Données techniques :

Carrosserie

  • Longueur (cm) :
  • Largeur (cm): 127.
  • Hauteur (cm) : 138.
  • Empattement (cm) : 200.
  • Poids (kg) : 610.

Mécanique

  • Moteur : 4 cylindres en ligne 569 cc, à l’avant.
  • Soupapes : 8.
  • Carburation : 1 carbu Solex.
  • Boîte de vitesses : manuelle, 4 rapports.
  • Transmission : aux roues arrière.
  • Puissance maximum : 13 chevaux à 4400 t/m.
  • Couple maximum : 29 Nm à 2900 t/m.
  • Vitesse maximum : 90 km/h.

Rendez-vous et visite :

Cette voiture vient de rentrer chez Oldtimerfarm à 9880 Aalter , Steenweg op Deinze 51C (Mardi à Samedi 10-17h (sans rendez-vous). Dimanche fermé, lundi uniquement sur rendez vous. Nous sommes spécialisés dans la vente de véhicules de collection et sommes donc fiers de pouvoir vous présenter cette voiture à la vente. Pour une description plus détaillée, vous pouvez nous joindre par téléphone (néerlandais, français, anglais, allemand et italien). Visionnez avant tout le reportage détaillé de la voiture (plus d'une centaine de photos). Il vous est toujours loisible de contacter Olivier (0032 473 11 73 00) ou Xavier (0032 47 2 40 13 38).

Reportage photo :

http://www.oldtimerfarm.be/fr/voiture-de-collection-a-vendre/3310/fiat-500a-topolino-48.php

Prix : 18 950 €.

Contact : info@oldtimerfarm.be / +32 (0) 472/40.13.38 (Oldtimerfarm).

Cette automobile est visible à Aalter dans la Flandre Orientale en Belgique.

Annonce diffusée depuis le 14 août 2016.


1966 FIAT 500 GIARDINIERA

46 573 km - Blanche.

Histoire :

Après la disparition de la Fiat Topolino Giardiniera, version fourgonnette de cette célèbre petite voiture, la Nuova 500 qui la remplaça à partir de 1957 n'avait pas de version commerciale. Ses dimensions réduites et sa disposition mécanique avec moteur arrière refroidi par air semblaient la condamner à rester un modèle unique de carrosserie dans la gamme. C'est en mai 1960 qu'apparut la version Giardiniera. Dante Giacosa inventa alors un moteur à plat arrière logé sous le plancher. Il modifia les prises d'air qui furent placées sur les montants arrière et le ventilateur centrifuge remplacé par un ventilateur radial. La cylindrée resta la même que celle de la nouvelle 500 Sport.

La carrosserie est entièrement repensée avec la reprise de la partie avant, jusqu'aux montants des portières de celle de la petite berline mais avec une transformation radicale de l'arrière, très carré, avec l'ajout d'une porte à ouverture latérale. L'empattement est allongé de 10 cm. Les vitres latérales sont rectangulaires et coulissantes. Le toit est en tôle mais peut recevoir une capote en toile comme la berline. Les suspensions et les freins sont adaptés et renforcés et reprennent ceux de la Fiat 600. Le dossier des sièges arrière est rabattable pour obtenir un plan de chargement plus important. La finition intérieure est quasiment identique à celle de la berline et bénéficiera des mêmes retouches au fil des ans. La fabrication de la Fiat 500 Giardiniera sera assurée dans les usines Autobianchi de Desio, aux côtés de l'Autobianchi Bianchina Panoramica, qui reprenait les mêmes plateforme et moteur mais avec une carrosserie et des finitions différentes.

Au mois de mars 1968, la Fiat 500 Giardiniera change de nom et devient une Autobianchi. Elle profitera de ce changement pour recevoir quelques modifications comme : grilles latérales d'aération, volant et tableau de bord noirs, écusson Autobianchi sur la calandre. Les derniers exemplaires fabriqués ont reçu des vitres arrière ouvrables en compas. Le modèle terminera sa carrière en 1977 sans jamais avoir subi de modifications à la carrosserie et en ayant maintenu ses portières à ouverture contre le vent.

Plus de 327 000 exemplaires ont été fabriqués en Italie. Quelques dizaines de milliers d'exemplaires ont également été fabriqués en Allemagne par Fiat Neckar et en Autriche par Fiat Steyr-Puch.

Données techniques :

Carrosserie

  • Longueur (cm) : 318.
  • Largeur (cm): 132.
  • Hauteur (cm) : 135.
  • Empattement (cm) : 184.
  • Poids (kg) : 555.

Mécanique

  • Moteur : 2 cylindres en ligne 499 cc, à l'arrière.
  • Soupapes : 4.
  • Carburation : 1 carburateur.
  • Boîte de vitesses : manuelle à 4 rapports.
  • Transmission : aux roues arrière.
  • Puissance maximum : 18 chevaux (13 kW) à 6000 t/m.
  • Couple maximum : 19 Nm à 3200 t/m.
  • Vitesse maximum : 97 km/h.

Rendez-vous et visite :

Cette voiture vient de rentrer chez Oldtimerfarm à 9880 Aalter , Steenweg op Deinze 51C (Mardi à Samedi 10-17h (sans rendez-vous). Dimanche fermé, lundi uniquement sur rendez vous. Nous sommes spécialisés dans la vente de véhicules de collection et sommes donc fiers de pouvoir vous présenter cette voiture à la vente. Pour une description plus détaillée, vous pouvez nous joindre par téléphone (néerlandais, français, anglais, allemand et italien). Visionnez avant tout le reportage détaillé de la voiture (plus d'une centaine de photos). Il vous est toujours loisible de contacter Olivier (0032 473 11 73 00) ou Xavier (0032 47 2 40 13 38).

Reportage photo :

http://www.oldtimerfarm.be/fr/voiture-de-collection-a-vendre/2931/fiat-500-giardiniera-white-66.php

Prix : 9 950 €.

Contact : info@oldtimerfarm.be / +32 (0) 472/40.13.38 (Oldtimerfarm).

Cette automobile est visible à Aalter dans la Flandre Orientale en Belgique.

Annonce diffusée depuis le 14 août 2016.


Obtenez votre carte grise en ligne et commandez vos plaques d'immatriculation sur le site :

Eplaque est le programme qui fait gagner du temps ! Depuis 2009, Eplaque vous permet de faire une demande de carte grise sans se déplacer à la Préfecture.

Eplaque est habilité par le Ministère de l'intérieur (n°18621) pour effectuer les démarches d'immatriculation. Eplaque propose également des plaques d'immatriculation et des kits de pose. C'est la solution pour éviter les attentes et les démarches laborieuses en Préfecture !

De plus, le process est totalement sécurisé : le certificat d'immatriculation est envoyé en courrier recommandé sous 3 jours ouvrés, directement depuis l'Imprimerie Nationale. Processus identique à celui de la Préfecture ! Le courrier recommandé contenant la carte grise originale est distribué contre-signature et reste 15 jours au bureau de Poste en cas d'absence. Vous pouvez suivre l'expédition de votre carte grise sur le site du gouvernement.

Vous recherchez des pièces neuves d'origine (freinage, suspension, pièces moteur, etc) pour votre FIAT :

pub

Vous recherchez des pièces d'occasions (moteurs, pare-chocs, carrosseries, etc...) pour votre FIAT :



ABARTH

FERRARI

PEUGEOT

ALFA ROMEO

FIAT

PLYMOUTH

ALPINE

FORD

PONTIAC

ASTON MARTIN

HONDA

PORSCHE

AUDI

JAGUAR

RENAULT

AUSTIN

JEEP

RILEY

AUSTIN HEALEY

LAMBORGHINI

ROLLS-ROYCE

AUTRES MARQUES

LANCIA

ROVER

BENTLEY

LAND ROVER

SAAB

BMW

LINCOLN

SIMCA

BSA

LOTUS

SKODA

BUICK

MASERATI

TRIUMPH

CADILLAC

MERCEDES

VOLKSWAGEN

CHEVROLET

MERCURY

VOLVO

CHRYSLER

MG

WOLSELEY

CITROËN

MORGAN

A RESTAURER

DAIMLER

NASH

RECHERCHE

DELAGE

NISSAN - DATSUN

 

DODGE

OLDSMOBILE

 

DUESENBERG

OPEL

 

FACEL VEGA

PANHARD

 

Mise à jour : 21 avril 2017.

Vous venez de :

Accueil - A restaurer - Contact

Copyright © 2012 - 2017